Overblog Seguir este blog
Administration Create my blog
26 diciembre 2007 3 26 /12 /diciembre /2007 09:14
 1- lumières,  famille



   Pendant longtemps j'ai pensé (oh le lapsus) passé Noël en Espagne, des fois on dejeunait sur la terrasse au soleil. Là bas le repas du jour de Noël est plus important que le reveillon qui n'est que veillée et s'appelle La Nochebuena : des friandises en  attendant....   turrones,  beignets de feuille de bourrache au miel, mendiants qui en catalan s'appellent "postre del Music"= le dessert du musicien,  ce qui me fait remonter toujours aux troubadours.
Et puis la famille diminuant par la force de l'âge et des volontés, et le sentiment qui me faisait regretter de quitter Paris augmentant   j'y suis restée et j'adore être plongée dans les lumières et les décors,
Joyeux Noël à tous !
envoyé par mairiedeparis
  Chaque j'examine les changements. Je regrette depuis quelques années rue des Abbesses, la disparition des petits moulins qui caractérisaient si bien notre Montmartre et j'ai été ravie d'en découvrir un rue Véron (ma grosse interrogation en ce moment c'est : est-ce que quelque fois le parking Vel'lib des rues Véron et Joseph de Maistre arborent un vélo ou ils filèrent tous dans la descente le premier jour et ne remontèrent pas? ça n'a rien à voir avec Noël mais avouez c'est une sacrée interrogation, ces velo-garages sont vides, vides... )
Enfin j'aime bien être à Paris  à cette période , l'année dernière j'ai vu (début décembre) le sapin offert par la Norvège chaque année à Londres et qui orne Trafalgar square, impressionant, mais...
Ensuite à Paris se trouve ma "famille" d'élection: tous ceux qui se soucient de savoir si je suis seule pour Noël,  ce n'est pas la meilleure famille ça? et il y en a qui me comptent sans penser à me le faire savoir !
Donc pour le réveillon j'étais chez Olivier mon filleul républicain espagnolP1010105.JPG faut pas croire on a la religion qu'on peut: Sa bienaimée Pascale a le sens de la fête et nous prépare des Noëls fantastiques

Cette année c'était un Noël rouge et or et comme d'habitude il a fallu assortir les verres, le seul problème c'est où les ranger? En tout cas c'était une belle fête de famille avec la doyenne  et la smalaGetAttachment.jpget un superbe cadeau des enfants aux parents (dans l'autre sens rien de plus normal). Il faut vous dire que mes filleuls aiment danser ... salsa.jpgla salsa, qu'ils nous en ont fait une belle démonstration

devant des enfants ravisP1010110.JPG et à leur demande et voilà le cadeau P1010113.JPGà l'arrière plan.
undefined












à suivre Noël 2 et 3




Repost 0
Published by maririu - en paris-culture
Comenta este artículo
16 diciembre 2007 7 16 /12 /diciembre /2007 06:38
SELU

   Ce mois-ci mon ami Selu est mort brusquement, un arrêt cardiaque, et comme vous avez profité d'une recette qu'il m'avait apprise, et qu'il me manque je vous le dis.
   Selu en fait José Luís Calvet mais personne ne le connaissait avec tant de solennité. Selu (prononcez "selou")  était plus jeune, beaucoup plus jeune que moi, de la bande tortosina de Ana et Jaume Rocamora qui me l'ont présenté et quelques jours après il a débarqué à Paris chez moi en m'annonçant qu'il n'avait trouvé de chambre d'hotel à Paris... ¡ je n'ai jamais regretté de l'avoir hebergé ! Il me l'a rendu cent fois, j'ai toujours pu faire appel à lui, qui va maintenant m'aider à monter une exposition? Il suffisait que Ana dise que j'avais un problème pour voir débarquer sa silhouette donquichottesque longue et silencieuse sur ma terrasse à la nuit tombante comme les chats.
   C'était un artiste, il aurait pu devenir un céramiste de grande classe, mais il n'aimait pas les contraintes et s'intéressait à trop de choses pour en perfectionner une. Il collectionnait avec bonheur et dénichait dans les rebuts des chefs d'oeuvre, un jour il a trouvé un tableau de Arrasa dans un état plus que pitoyable, il l'a restauré et cette restauration a été le sujet de l'exposition annuelle de l'Escola d'Art de Tortosa.
  Plus que tout il aimait vivre, en marge le plus souvent, et cultiver l'amitié.
  A la Saint Jean grande fête catalane du solstice et du feu il organisait la (sa) "verbena"  =veillée et je me débrouillais pour être à Tortosa à cette date,  je ne voulais pas manquer la verbena de Selu, la fête de l'amitié autour du feu et d'une "cassola de caragols"  escargots  traditionnels de la St Jean et sous les feux d'artifice que Selu nous organisait.
Oh! qu'il me manque!
En son honneur hier j'ai refait le bacalao al pilpil qu'il m'avait appris un jour à Paris au cours d'un voyage oû il avait dragué ou avait été dragué par quelqu'un de la Haute ou du show ussiness je ne sais plus mais de fait on ne le voyait plus la nuit.

P1010098.JPG
  et on m'a dit "Selu n'est pas mort"
 
Repost 0
Published by maririu - en culture
Comenta este artículo
8 diciembre 2007 6 08 /12 /diciembre /2007 11:16

Barcelona



pla--a-del-reiP1010086.JPG
 

           Novembre à Barcelona, pour une fois il faisait froid, très froid même, il s'est levé un vent glacial, tout d'un coup, le jeudi soir et cela a duré jusqu'au dimanche,  lundi je partais, donc, j'ai eu froid tout le temps,  mais c'était superbe ! Ciel limpide et contraste des ombres.
       J'aime Barcelone en hiver, elle est plus intime (toutes les villes d'ailleurs),  le tourisme de masse c'est pour l'été où de plus les barcelonais sont partis, maintenant ils vaquent à leurs affaires, pas trop tôt d'ailleurs, à 10h du matin on se promène à Barna comme dans un territoire vierge... qui s'éveille.  Et comment ne pas aimer une ville où les toilettes des bars peuvent être carrelées ainsi :toil-paraguasP1010091.JPG
El Paraguas

   Donc en 3 jours au centre, que je n'ai pas quitté, j¡ai vu:
la Pedrera (le seul Gaudí de ce voyage-ci) : une exposition sur Venise au XVII / XVIIIs. dont j'attendais beaucoup et qui ne valait pas le voyage (pourtant pas cher), en fait mon point le plus loin de la mer fut le Palau Robert, au début du Passeig de Gracia, où une exposition sur la Transición, (des photographies de 1976 à 1978),  et une autre sur Manolo Vásquez Montalbán l'auteur des Carvalho, un grand journaliste et combattant de la Liberté, tous les deux
chers au coeur des espagnols  et au mien, m'ont ravie.

tenorP1010084.JPG
Je suis descendue, en faisant des détours, jusqu'à la Plaça St Jaume, en fait jusqu'à la plaça del Ajuntament que j'aime spécialement à cause du Paraguas, bar  nommé et illustré plus haut, en longeant la cathédrale, en gros travaux, à la recherche d'une exposition d'acuarelles de Villarassa  qui se tenait dans le cloître, mais le cloître était fermé! j'ai, en traversant l'Arxiù de la Corona d'Aragó sortie-d-ArxiuP1010082.JPG donc abouti a la plaça del Rei              écouté le concert improvisé et alimentaire d'un tenor





 




J'ai finalement pu entrer dans la cathédrale et aller à la salle capitulaire

(j'ai appris plus tard que pendant quelques heures -11h30/16h30- la cathédrale n'est ouverte qu'aux visiteurs payants)   voir les magnifiques acuarelles qui cependant ne pouvaient rivaliser avec les rétables XVs. de    et Jaume Huguet. ta-banqueP1010078.JPGComme la publicité sur la toile qui voile la façade en restauration le proclame"Nous voulons être votre Banque"

Un sourire arrachée à la publicité du Banco de Santander  qui subventionne ces travaux.
Repost 0
Published by maririu - en culture
Comenta este artículo
28 noviembre 2007 3 28 /11 /noviembre /2007 20:57

J'ai tellement d'aventures avec mes mots de passe et l'ordinateur, que vous devez croire que j'abandonne, ben, non, je n'abandonne pas seulement quelquefois les nouvelles technologies m'abandonnent elles. Voilà, pour me faire pardonner, une recette dont vous me direz des nouvelles, j'y compte. Toutes les saveurs de la Meditterranée avec un poisson à la taille nordique, les raies de chez moi n'ont pas d'ailes aussi grandes!



effeuillé de raie à la sauce antiboise avec sa salade d'herbes

 



P1010075.JPG




ingrédients

une aile de raie de 1Kg200 environ
25cl de lait
sel, muscade, poivre du moulin

 pour la sauce antiboise
500grs d tomates grappe
200grs de salicornes au vinaigre
100grs d'olives noires (il y en a qui les préfèrent vertes)
100grs de câpres
1 gouse d'ail
2/3 ccs 1/4 de litre de vinaigre balsamique
6/9ccs 1/2 litre d'huile d'olive
1/3 du bouquet de persil plat
1/3 du bouquet de coriandre
sel, poivre.

la salade d'herbes
2/3 du bouquet de persil plat
2/3 du bouquet de coriandre
2/3 du bouquet d'estragon ou moins 
(le parfum de l'estragon couvre trop le parfum des autres herbes)
sel, poivre


cuisson de l'aile de raie:

Depuis logtemps, comme pour le potiron c'est du Michel Oliver à la tele,  je cuis la raie dans la cocotte minute avec un court bouillon de lait rien de plus simple et la raie est moëleuse sans nécessité de gras.
Evidemment on cuit 10 minutes en baissant le feu au chuchotement de la soupape ensuite on épluche l'aile de raie et on l'effiloche.  Pour que le lait n'attache pas  vous couvrez le fond de la cocotte d'un filet d'eau, versez ensuite le lait, salez, 2/3 tours de moulin à poivre et râpez de la noix muscade. Ensuite vous pouvez préparer la raie comme vous vouez (beurre noir etc) mais je vous recommande celle-ci .

Préparez l'antiboise :

Mondez les tomates en les plongeant un instant dans l'eau bouillante,  coupez- les en deux, épépinerz-les,  taillez-les en dés d'un 1/2 cm.
Coupez les olives en pétales.
Epluchez  l'ail, éffeuillez  la coriandre et le  persil et hachez le tout.

Mélangez tous  ces éléments dans une casserole, arrosez du vinaigre balsamique  et de l'huile d'olive, salez, poivrez faites tiédir,
il ne faut pas que les tomates cuisent, tièdes c'est tout!
ensuite ajoutez les salicornes et les câpres et gardez au chaud ( la meilleure manière que je connaisse c'est d'allumer le four th1/2 c'est à dire 60/80º et de gardez dedans)

Préparez la salade d'herbes

Lavez, séchez persil, coriandre, estragon, effeuillez et mélangez, asaisonnez-les d'un peu d'antiboise.

Au moment de servir: distribuez la salade dans chaque assiette les effilochés de raie autour, nappez de l'antiboise et servez.

Je pense que vous allez vous régaler. Bon appétit
Repost 0
Published by maririu - en cuisine
Comenta este artículo
1 noviembre 2007 4 01 /11 /noviembre /2007 07:53
 
Videaste ou cineaste, cineaste sans hesitation!


  En ce moment  le centre Pompidou, enfin Beaubourg comme nous disons à Paris, me permet de trancher, de preciser ma pensée, d'éliminer  les doutes qui me saisissaient à chaque fois que je me trouvais dans une exposition devant une "vidéo d'artiste", vous savez quelque chose que l'on met sur le même plan que une peinture, ou une photo, c'est muet et ça bouge et l'on reste des heures devant à essayer de comprendre toutes les implications, sentir une émotion, ne pas avoir l'air idiot....
  Sortie de l'expo en général il ne m'en reste pas grand chose !  Aujourd'hui je me souviens d'une seule vidéo au Musée d'Orsay qui, par la répétition des détails du  Balcon de Manet,  traçait l'obsession du spectateur et donnait la dimension sociale, pas picturale du tableau.
  Donc en ce moment à Beaubourg, en plus d'une exposition sur Giacometti qui  permet d'admirer des belles oeuvres mal exposées et à part ça n'a aucun intérêt (je vous renvoie à lunettes rougesa
amateurdart .blog.lemonde.fr/
)
on peut voir au niveau 1 une exposition sur David Claerbout, c'est beau surtout "Long goodbye2007" qui m' a fait retrouver l'atmosphère d'une après midi ensoleillée sur une terrasse du Midi, superbe et long, on doit se forcer pour rester jusqu'au bout alors qu'un seul plan contient tout, peut être pas le passage du Temps tel qu'il veut nous le faire ressentir, moi je le  ressens pesant chez lui, alors que pour moi sur une terrasse du Midi, au coucher du soleil, en compagnie, il est léger et heureux.
  Et puis il y a "Víctor Erice-Abbas Kiarotami-correspondances" et alors c'est le bonheur (et pourtant ça ne parle pas souvent de bonheur) le bonheur de l'amateur d'
art
des belles images qui portent en elle le sens sans qu'on se sente ramenée à son humaine condition de "mec qui n'y connaît rien et auquel on doit donner la lumière"
   Le cinéma ne sera jamais égalé par les vidéastes (du moins je ne le pense pas).
  Assise devant "La Morte Rouge" de Víctor Erice je vis et vibre avec le petit garçon et vois poindre sa passion du cinéma, confirmer ma passion du cinéma !  Assise devant "Bordeaux pièce,2004"de David Claerbout je ne vois rien venir, même si la lumière du jour change à chaque répétition de scène (je me demande, aujourd'hui, si  je l'ai remarquée) et en tout cas je n'ai pas vu qu'il y avait une allusion au Mépris de Godard, l'ennui n'est pas favorable à l'empathie.
Non il ne l'est paset la vidéo des vidéastes n'égalera jamais la peinture des peintres, je vais continuer à y réfléchir!
Repost 0
Published by maririu - en paris-culture
Comenta este artículo
31 octubre 2007 3 31 /10 /octubre /2007 09:06
Flan de potiron à ma manière

un peu de Quercy pour les cerneaux de noix,  un peu d'ailleurs pour les raisins de Corinthe et le citron


 Voilà, c'est trop tentant, la fête celtique approche, les courges s'étalent sur tous les étals, P1010064.JPGles français s'apprêtent à célebrer leurs morts et  peut être Halloween croyant que c'est américain, de notre vieille et combien innovante Amérique, et c'est simplement de tradition celtique, irlandaise, et moi qui me languis des "panellets de la  meva terra" (délicieuses boules de pâte d'amandes fraîche avec pignons inscrutés que l'on déguste à la Toussaint en Catalogne) je vais vous transmettre une recette traditionnelle du Quercy ( en fait dans la traditionnelle on n'y met que les noix ) qui va paraître force exotique à certains .


Ingrédients





700grs de potiron bien à point et de couleur bienP1010063.JPG orangée
une poignée de cerneaux de noix
quelques raisins de Corinthe que l'on fait tremper dans l'eau froide
3 oeufs
3ccà soupe de farine
3cc à s de sucre
25+12cls de lait
5cl de crème épaisse
zeste de citron
Muscade,sel, poivre.

Chauffez le four à 180º

Cuisson du potiron

depuis belle lurette (Michel Oliver à la Télé) je cuis le potiron au lait:  au fond de ma cocotte minute un soupçon d'eau (pour que le lait n'attache pas) d'abord et 25cl de lait ensuite et les morceaux de potiron que j'ai coupés et épluchés (c'est plus facile dans cet ordre)  je râpe de la noix muscade, pincée de sel et 2 tours de moulin à poivre. Ensuite fermer la cocotte minute et dès ch...etc 10 minutes.
Dans une poêle faire fondre une noix de beurre, mettre le potiron  et le faire sauter jusqu'à ce qu'il ait rendu son eau et devenu purée, aidez-vous  d'une fourchette, s'il le faut.

Préparation


Dans un grand bol versez les oeufs entiers, la crème, le verre de lait, la farine et le sucre. Travaillez le tout au fouet, puis en remuant y incorporer la purée de potiron.
Choisissez un plat à gratin assez grand pour que l'épaisseur de l'appareil soit de 3/4 cms, versez-y l'appareil et ajoutez les cerneaux de noix, les raisins et le zeste de citron en 3 morceaux.P1010068.JPG Vous pouvez rectifier l'asaisonnement en muscade, surtout.
 Placez-le dans le four au bain marie et laissez cuire 40 minutes.
Dégustez glacé, mettre au frigidaire 2 à 3 heuresP1010069.JPG


***
annexe
soupe

Comme j'avais  1Kg 600 de potiron avec la moitié qui restait, cuite à la Michel Oliver, je me suis fait ma soupe au potiron habituelle que me reclament mes fans! Noémie tient absolument à y ajouter du gruyère râpé comme la première que je lui en ai faite dans les Cevennes, si belles en cette saison.
Repost 0
Published by maririu - en cuisine
Comenta este artículo
19 octubre 2007 5 19 /10 /octubre /2007 18:12

Paris vit sur un air de grève


Ce matin il ne devait pas y avoir de problème tout  était rentré dans l'ordre, il y avait des sondages qui le disaient: les français dans leur grande majorité était hostiles à cette grève; donc j'en avais conclu qu'en affrontant la traversée de Paris pour rejoindre la Pitié-Salpëtrière en partant de Montmartre j'allais en entendre des vertes et des pas müres et peut ëtre en prononcer.
Eh bien non,
                               
rien  rien rien rien!

Et pourtant je suis restée plus d'une demi heure place Pigalle à attendre le 67 et nous étions nombreux.
Ne voyant rien venir j'ai marché jusqu'à St George, j'ai aperçu un 74 bloqué par une benne à ordures dans la rue La Bruyère et quand une dame allait se décourager et partir ...nous étions plusieurs à la retenir et le 74 est arrivé et nous étions serrés mais serrés!!! et pas un mot plus haut que l'autre on cède même une place à la vieille femme que je suis.
L'arrêt du bus est de l'autre côté du feu et celui du 27 que moi et d'autres voudrions tenter d'avoir de ce côté eh bien: contrairement au règlement et sans qu'on lui demande le chauffeur nous indique que nous pouvons descendre par l'avant!
parhdvl1.jpg
Le 27 n'arrive pas mais un 85 nous embarque dans la direction. Une dame monte à l'avant dernier arrêt et raconte qu'elle marchait depuis... et n'a vu aucun autobus on lui montre qu'il y en a en sens contraire (je pense que ça dépend de la situation de leur dépôt) et on continue ... A Luxembourg on voit poindre un 27 et on monte dans la bonne humeur. A Gobelins rebelotte il nous arrête, là j'exagère il n'a pas besoin de nous arrêter vu que nous piétinons depuis belle lurette donc on descend pour monter dans un 91 qui tarde ce qui nous permet de rassurer la dame avec valise qui s'inquiète:"est-ce le bon sens pour la Gare de Lyon?" on ne lui a même pas dit si elle croyait qu'elle aurait un train!
En fait les parisiens avaient ce matin l'humeur causante et solidaire des jours de soleil et pas que dans les transports, cela a continué à l'Hôpital les infirmières s'empressaient qu'on était courageux elles allaient tout faire pour qu'on puisse s'occuper de nous malgré le retard et elles l'on fait et les médecins avaient eux aussi jonglé avec vélos, autobus et bonnes volontés.P1000240.JPG
En fait si,  j'ai entendu quelqu'un râler un patron de bistrot il  disait: "mais qu'est-ce qu'il nous emm..... est-ce que l'on en entend parler du compagnon du maire de Paris? on l'a jamais vu et  ...."

Repost 0
Published by maririu - en paris
Comenta este artículo
10 octubre 2007 3 10 /10 /octubre /2007 20:31


 Trois mois et demi, 76jours, loin de Paris; une éternité, j'étais en manque et pourtant ça n'a pas été  76 jours sans art  ni expositions ni culture. 
A Barcelone j'ai vu une magnifique exposition Nicolas de Staël à la Pedrera  et surtout  "Teatre sense Teatre" au Macba dont avait parlé magnifiquement Lunettes rouges lunettesrouges.blog.lemonde.fr/
j'ai montré Gaudi à une amie ce qui m'a permis de me promener une fois encore au parque Guell, la meilleure introduction à toute son oeuvre et ma preférée.
Dans le Delta je suis allée plusieurs fois à Tosses21 la cité des Loisirs d'Amposta Copie--2--de-IMGP2338.JPGdont je vous ai parlé à propos de Jaume Rocamora
j'ai hanté les ateliers de mes amis Manolo Ripollès ici :P1000116.JPG
P1000136.JPG
Federico Mauri,
Rocamora encore, etc j'ai peint moi même.
J'ai assisté à plusieurs vernissages en prenant le temps de regarder les oeuvres, j'ai  visité  une exposition extraordinaire de l'atelier de restauration del'Escola d'Art de Tortosa elle s'intituait "com viviem" et je sens que j'aurais dû vous parler de tout ça, mais voilà je ne l'ai pas fait,  pas le temps! L'aurais-je?...
Et donc aujourd'hui 10 octobre au milieu d'un tas de démarches de rentrée, urgentes et pesantes, j'ai filé au Louvre et là qu'est-ce que je vois: " l'Iran des  Safavides",
courez-y
la splendeur persane du XVI et XVII siècles d'entrée les mosaïques: un jardin littéraire avec des belles hétaïres, une culture du vin, son cérémonial comportant des vases en bronze ou des "aiguières" en céramique à la décoration splendide et fort bien commentée dans la première salle celle du XVIs. Pour quoi les commentateurs des oeuvres du XVIIs. dans la même exposition n'ont pas lu ce qu'avaient écrit leurs collègues en début d'expo? mystère!
En tout cas je sais maintenant que les ornements dans les plats et tapis correspondent à la même conception du Monde que celle de la littérature persane, au même symbolisme, qu'une série de petits nuages c'est le printemps, les arcades sans colonne: le ciel, que d'ailleurs  les plats creux, par leur forme même, évoquent  la voûte céleste.
Je vous parlerai peut être un autre jour des miniatures mais je ne vous dis rien, sinon courez-y, de l'idée géniale d'Armand de Boistesselin (voyez commentaire, elle n'est pas de lui mais du muséographe Adrien Gardère cependant sans lui elle n'existerait pas) qui vous transporte par magie dans un patio de la mosquée d'Ispahan.
Ah Paris!
Repost 0
Published by maririu - en paris-culture
Comenta este artículo
29 agosto 2007 3 29 /08 /agosto /2007 05:43

Bacalao al pilpil
morue dans son jus

Ingrédients

Des ( 2 ) ailes de morue salée que vous avez fait tremper 48h
De l'ail, 7à 8 gousses
De la pesteta, (piment) les basques utilisent la ñora, d'autres des piments oiseaux, d'autres du piment d'Espolette c'est ce que j'utilise à Paris.
De l'huile d'olive vierge, Aureum de CAST

bacalao-P1000610.JPG

Rien de plus simple en apparence, mais où trouver cette merveille qu'est la morue d'Islande? pas à Paris que je sache, mais si vous allez derrière le périphérique au marché des portugais le samedi ou le dimanche, je ne sais plus, vous trouverez de la bonne morue d'Ecosse ou de Norvège elle est moins blanche et plus sèche que celle que vous voyez sur ma photo, (attention elle est déjà dessalée) La 2eme difficulté c'est qu'en France vous devrez acheter la morue en entier tout au plus ils vous en couperont une moitié, ici en Espagne on vend morceau par morceau au goût du client et dans toute la Catalogne de l'Islande. Vous en faites pas achetez la moitié ou le tout il y a mille recettes et comme elle est salée elle se conserve très bien dan un local sec et aéré ou même une fois dessalée au congélateur.
Vous commencez par faire revenir les aulx, l'ail,  haché grossièrement

ingr--dientsP1000608.JPG

et les piments aussi en gros morceaux, pas trop revenu cuit, ensuite vous mettez les morceaux de morue la peau du poisson au dessus ( c'est essentiel). Sur la photo j'ai utilisé une paëlla en feralpilpilP1000611.JPG parce qu'en Espagne j'ai l'induction, mais l'idéal pour réussir la liaison c'est une casserole en terre. Car le nec plus ultra de ce plat c'est la liaison!  Donc allons-y;
     Vous faites cuire quelques minutes la morue vous ne retournez surtout pas, vous sortez du feu et laissez refroidir ou plutôt tiédir et vous saisissez le récipient par les anses et par des allers et retours à gauche et droite vous faites tourner la préparation jusqu'à ce que l'huile et le "jus gélatineux" dégagé par lepoisson devienne  crémeux. C'est long -au moins une demi heure- mais rien ne vous oblige à lier d'un coup, vous pouvez tournicoter et laisser réposer et tout en vaquant à vos occupations y revenir jusqu'à satisfaction.

pilpilde-morueP1000613.JPG

Au moment de servir vous rechauffez à tout petit feu pour ne pas casser la liaison.

Repost 0
Published by maririu - en cuisine
Comenta este artículo
28 agosto 2007 2 28 /08 /agosto /2007 08:57
  •  
  • Fçes, frçs ici radio Madrid
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Je suis depuis si longtemps hors France que c'est tout juste si je me rappelle que Nicolas Sarkozy a été élu  P. de la Republique
  • Cent jours se sont écoulés et mon opinion n' a  changé en rien. Je ne crois pas qu'il puisse faire quelque chose pour la France et il m'a donné, en 100 jours, beaucoup de preuves de son incapacité à penser à autre chose que à "passer à la Télé"
  • Lui même commence à se dire que sur la scène internationale il ne suffit pas de coucher dans le yacht de Bolloré.... pour preuve son changement d'opinion sur la Turquie.
  • Mais vraiment sur ce plan,  lui et son équipe, ont vraiment besoin d'un sérieux "briefing" ou "re-looking"
  • Par hasard j'étais devant ma télé à 21h et qqs (vous ne savez peut être pas mais c'est l'heure du dîner en Espagne et comme il fait beau -32º à 18h- on dîne dehors, alors la Télé...) je ne parle même pas de la française que je reçois par satellite mais quand je l'ouvre, si je l'ouvre, le film est fini, donc par hasard j'étais devant ma télé à 21h et qqs et je regardais le journal de la première chaîne espagnole:
  • c'est vraiment un hasard d'habitudeje regarde la cuatro qui est plus à gauche:
  •   et voilà qu'avec leur accent castillan inimitable j'entends "Nicolassssssss Sarkosssssssssssssssy" je tends l'oreille je m'arrête même et m'assois  je me dis : il faut que je voie le début de la sarkomanie en Espagne" et puis le journaliste annonce que le gouvernement espagnol dément les propos tenus par  François Fillon à la Télé française (je ne sais pas sur quelle chaîne, elles se valent) à propos de la légalisation des immigrants clandestins, non seulement le gouvernement espagnol, Zapatero en particulier, n'a jamais regretté la légalisation , qui entre parenthèses à renfloué les caisse de la Sécurité sociale espagnole, mais, de plus, de nombreux pays de la communauté lui demandent conseil pour en faire autant la Hollande a dejà suivi l'exemple espagnol.
  • Donc conclusion Fillon and cº pensent que en Espagne gouverne le Partido Popular d'Aznar-Rajoy-Acebes- Zaplana-EsperanzaAguirre ils ne savent pas que cette direction là est en train d'être dépassée et mise en minorité par l'actuel maire de Madrid Ruiz Gallardon et l'actuel président du FMI Rodriguez Rato qui eux n'ont pas de jugement raciste.
  • AVIS: français apprenez les langues étrangères.
 
 
Zapatero no se arrepiente de regularizar a los inmigrantes porque "fue necesario"
Asegura que lo dicho por Fillon fue un malentendido
28-08-2007 CADENASER.COM / AGENCIAS
  El presidente del Gobierno, José Luis Rodríguez Zapatero, ha asegurado hoy en Asturias que el caso de su presunto arrepentimiento de la regularización de inmigrantes, según el primer ministro francés Francois Fillon, fue "una mala interpretación". Así lo ha dicho el jefe del Ejecutivo al ser preguntado por los periodistas. Fillon, según fuentes de su entorno que cita Efe, entiende que Zapatero "no tuvo otra opción".  
   
Enviar noticia Imprimir noticia Estadísticas de noticia
¿Le interesa? Si

on error resume next plug =(IsObject(CreateObject("ShockwaveFlash.ShockwaveFlash.6")))
 
Rodríguez Zapatero aseguró hoy que el proceso de regularización de emigrantes que llevó a cabo su gobierno fue "necesario, conveniente y positivo" y subrayó que "nadie puede trabajar en la ilegalidad".

El presidente dijo que no se arrepentía de haber hecho el proceso de regularización de inmigrantes llevado a cabo en 2005. De hecho, Zapatero afirmó que cree que "el gobierno francés va a emitir una nota de aclaración de lo que ha podido ser una mala interpretación".

El jefe del Ejecutivo recordó los argumentos utilizados en aquel momento: "Los empresarios no pueden tener trabajadores que estén en la ilegalidad y cuando llegamos al Gobierno había 700.000 inmigrantes en situación de ilegalidad que desde luego mi gobierno no va a consentir".

El desmentido de Moncloa y de Moratinos

El domingo, en declaraciones a una televisión francesa, Fillon manifestó que Zapatero le habría confesado que lamentaba "amargamente" haber realizado el proceso de regularización.

Ya ayer, fuentes de Moncloa negaron a la SER que el presidente dijera que se arrepentía de la regularización de inmigrantes. Además, el ministro de Exteriores, Miguel Angel Moratinos, aseguró que la regularización fue un "gran éxito" y que así lo habían reconocido muchos países.

Repost 0
Published by maririu - en actualité
Comenta este artículo

Présentation

  • : Le blog de maririu
  • Le blog de maririu
  • : La Culture, en allant de l'actualité à l'histoire, la personnelle et celle avec un grand H, et en s'arrêtant au bonheur que l'Art procure Les mots et reflexions que cela suscite. Lieux Paris, surtout, et d'autresen particulier l'Espagne. Le tout en français et espagnol (chaque texte est accompagné de sa traduction à l'autre langue tantôt l'une tantôt l'autre).
  • Contacto

Recherche

Pages